La cosmétique Bio n'est pas celle que vous croyez...

Pensez-vous qu'avec ce petit label vert "Bio" sur vos produits de beauté vous vous protégez de toutes les cochonneries cosmétiques ? Je suis bien peinée de vous dire que ce n'est pas le cas !

Avec un label de ce type on veut de la transparence, de la traçabilité, de la qualité, de l'éthique et du naturel bien sur... Mais on constate bien trop souvent du greenwashing, la surexploitation des ressources, des packagings pas recyclables, de l'exploitation animale et des ingrédients issus de ces derniers, un taux d'ingrédients bio sous 1% pour obtenir le label, et j'en passe...

En janvier 2018, la norme ISO 16128 (nom barbare...) est entrée en vigueur dans le but de redéfinir ce que sont des éléments bios et naturels. Cependant le peu d'exigences a mis un sacrée bazar... Une norme qui devient alors norme un danger pour les consommateurs non avertis.


Cette norme n'interdit pas l’utilisation d'ingrédients dangereux pour le consommateur et l’environnement dans la formule des produits bios lors de leur conception.

Ci-dessous une petite vidéo réalisée par le Laboratoire ROIG qui explique plutôt bien les enjeux de ce changement.



J'en profite pour vous ajouter quelques détails liées à cette norme que la marque oOlution a mis sur son blog et que je trouve très explicite :


"Cette démarche tient plus du greenwashing que d’une volonté d’offrir de meilleurs produits. Elle ne limite pas du tout la teneur en ingrédients synthétiques et n’exige aucun minimum d’ingrédients bio. Ou alors un pourcentage ridiculement bas, calculé sur un taux déjà bas d’ingrédients d’origine naturelle. Bio,un soin ne contenant in fine que 1% d’ingrédients bio, vraiment ?

Ajoutons que dans le contexte de cette norme, le critère « origine naturelle » est très insuffisant : il permet de compter l’eau dans leur pourcentage de naturalité. Pas besoin d’ajouter grand-chose pour atteindre le taux requis, dans ce cas ! Pire, les dérivés du pétrole entrent également dans cette définition !

En somme, la nouvelle norme ISO 16128 n’offre pas de garanties suffisantes. Sous l’influence des entreprises du conventionnel qui ont travaillé à sa mise en place, elle ne prévoit aucun seuil de naturalité ou de bio, aucune liste noire d’ingrédients, ni modalités de contrôle, autorise des composants pétrochimiques dont les parabens, des solvants, du phénoxyéthanol. Bref, elle ne permettra aux industriels les moins scrupuleux que de proposer des cosmétiques « bio » au rabais."


La norme ISO 16128, entrée en vigueur le 1er janvier 2018, permet donc aujourd’hui à des fabricants de commercialiser des produits estampillés « naturels » sans pourcentage minimal d’ingrédients bio, sans liste noire d’ingrédients et sans aucun contrôle. Ces produits, d’après la norme ISO 16128, peuvent être présentés comme bio ou naturels, ce que les consommateurs non avertis vont considérer comme un gage de confiance.

Conservateurs controversés et allergisants, perturbateurs endocriniens, solvants d’origine pétrochimique, silicones, ingrédients issus d’OGM ou dérivés d’animaux morts… : selon la norme ISO 16128, aucun ingrédient nocif ou contesté n’est banni.

Aucun cadre n’a été fixé au sujet des procédés de fabrication, des matériaux des emballages, de l’éthique de la marque. Le bio, c’est avant tout une approche globale, avec des marques engagées dans ce qu’elles font, et qui ont des valeurs.

C'est le laboratoire Roig qui m'a éclairé sur ce point, ils m'ont invité à tester leurs produits qui sont labellisés Cosmebio (la quasi-totalité de leurs produits respecte la charte Cosmebio et est certifié par Ecocert).

Mon chouchou : le sérum anti-rougeurs Bio Rose Caresse Hydraflore (à gauche ci-dessous).


Il est composé à 97% d'ingrédients biologiques et hautement concentré en actifs hydratants et anti-rougeurs. Il est idéal pour apaiser les peaux sensibles et réactives, sujettes aux rougeurs et aux irritations. Dès la 1ère utilisation, j'ai vu mes petites rougeurs de l'hiver atténuées. La crème légère pour peaux sensible de la même gamme complète parfaitement ce sérum. 


Les crèmes de jour de la marque Centella sont aussi top, j'ai particulièrement apprécié la crème éclat du teint qui, en plus d'hydrater en profondeur, donne un super Glow avant d'appliquer le make up.

Vous pouvez retrouver ces 2 marques ICI.



Si le sujet de la norme ISO 16 128 vous intéresse, je vous conseille d'aller lire cet article du site Slow Cosmétique.


Maud 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire